Joyeux « anniversaireS » Pier-Luc !

1er SEPTEMBRE 2017
Par Pier-Luc Bordeleau, Enseignant et conférencier
Envoyer à un proche

Bonjour,

Et oui, vous avez bien lu ! J’ai bien écrit « joyeux anniversaires » avec un « S » à la fin. Et non, ce n’est pas une vilaine faute d’orthographe ou encore une coquille typographique. C’est totalement voulu et en lisant ce qui suit vous allez comprendre pourquoi…

Pour moi et pour plusieurs j’en suis sûr, septembre a toujours rimé avec la fameuse rentrée scolaire. Un retour à l’école, oui, mais surtout une fin d’été abrupte où tout à coup l’horaire nous rattrape avec en prime le soleil qui disparait à vue d’œil lors de ces belles soirées chaudes qui s’étiraient il n’y a pourtant pas si longtemps. Avouez que je ne suis pas le seul qui avait le goût que ça continue…

Au moins, à la fin de septembre je souligne toujours ma fête. Et oui, mon anniversaire de naissance c’est précisément le 29 septembre et je ne suis pas (encore) gêné de vous dire l’année, 1978. Pour compenser le choc du retour sur les bancs d’école, j’avais au moins une fête pour passer un bon moment avec mes amis.

Encore aujourd’hui, je réunis mes proches afin de souffler les chandelles qui s’accumulent. Un rituel que je trouve important pour me rappeler à quel point les années s’écoulent vite et que je vieillis comme tout le monde, mais surtout pour me rendre compte que je suis béni d’avoir toutes ces personnes dans ma vie.

Voilà qui est réglé pour le 1er des « anniversaires » à souligner…

Quel est donc le 2e anniversaire pour justifier ce S ajouté… ?

Non, si vous vous le demandez, je ne suis pas né officiellement une seconde fois… Quoique lorsque j’ai dit OUI à Dieu je me suis senti renaître de manière non pas officielle mais totalement spirituelle et ça c’est officiel dans ma vie de foi encore aujourd’hui.

Pour vous expliquer le 2e anniversaire, il me faut remonter en septembre 2012 le jour de mon anniversaire. Pour l’occasion, ma conjointe m’offre de souligner ma fête en m’organisant une journée avec des activités de mon choix. Je lui dis que je suis très heureux de ça et je lui propose différentes options de mon cru qui incluaient une bonne bouffe au resto, au moins une heure ou deux de sport et un moment de détente dans un spa. Faut bien se gâter, c’est ma fête après tout…

Mais ce qu’elle ne savait pas c’est que moi aussi je lui réservais tout un cadeau pour ma fête…

Nous déjeunons le matin dans un excellent restaurant et ensuite, pour le sport, je lui propose de gravir le Mont Orford. Avec sa traditionnelle « flambée des couleurs » automnales, la montagne est à sa pleine splendeur et le moment est parfaitement choisi pour rendre honneur à une telle beauté.

Je marche donc avec elle main dans la main pour y atteindre le sommet et soudainement elle me dit : « C’est drôle, quand je fais un effort physique pour marcher, mes doigts enflent à chaque fois ». Je suis devenu tout à coup nerveux. Je ne savais pas trop quoi répondre à ça. Je me suis contenté de poursuivre le pas de manière convaincue.

Après un certain temps, nous finissons par atteindre notre destination. Nous sommes au sommet du Mont Orford et nous regardons la vue. Je me souviens spontanément de cette phrase que j’ai déjà lue et qui fait vraiment du sens : « Nous atteignons le sommet d’une montagne non pas pour être vus, mais pour mieux voir le monde… ».

Une citation qui me prépare à surprendre ma douce avec un geste simple, mais vraiment risqué de nos jours. Nous sommes à l’écart, seuls et je la regarde droit dans les yeux. Je lui dis : « Laisse-moi te chanter une chanson ». Sans trop comprendre pourquoi, elle me fait signe que oui et je lui chante a cappella la magnifique chanson de Richard Séguin, « C’est plein de vie ». Allez l’écouter c’est vraiment beau…

À la fin de mon chant nerveux mais bien senti, je lui dis : « Mon amour, Antoine de Saint-Exupéry disait : « Aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder ensemble dans la même direction ». Avec cette vue splendide que nous avons devant nous, je te le demande, veux-tu regarder avec moi dans la même direction, veux-tu… m’épouser… ? ».

Verdict…

Elle a dit OUI ! Avec joie, liberté et authenticité elle a répondu oui à ma demande et en ce 29 septembre, jour de ma fête, je m’offrais le plus grand cadeau qui soit, le grand saut de l’amour. Bâtir une relation profonde avec cette personne et m’engager auprès d’elle.

En passant, pour ceux et celles qui se posent la question, j’ai réussi à lui enfiler la bague au doigt malgré son commentaire plutôt inquiétant qui la prédisposait à des enflures non bienvenues pour l’occasion…

Et je ne me suis pas contenté de la fiancer. Nous nous sommes mariés un certain samedi de septembre, le 20 pour être précis, dans une petite et charmante église en Estrie.

Voilà donc ce 2e anniversaire que je souligne lorsque septembre survient. Ce mois n’est désormais plus annonciateur de la fin d’un été doux et reposant. Il est plutôt le rappel d’un engagement de foi ancré et le début d’une démarche d’intégration de ce en quoi je crois le plus au monde et que Dieu représente… L’Amour inconditionnel.

Peu importe l’anniversaire à souligner, laissons l’Amour de septembre se répandre…

Je vous aime,

Pier-Luc Bordeleau

La lecture à bien été envoyée.

Envoyez cette lecture à un de vos proches!

Remplissez le formulaire ci-joint et envoyez cette lecture directement par courriel.

Poursuivez votre lecture

Publié le 1er AOÛT 2017
Sylvain Charron

Ces paroles qui tuent !

Il y a quelques semaines, une dame m’écrivait en privé sur notre page Facebook. Cette dame était dans une grande détresse et vivait une très grande souffrance et songeait au suicide. J’ai pris le temps de lui répondre en lui promettant de prier pour elle et en lui suggérant d’aller se ressourcer à l’abbaye de St-Benoit-du-Lac. Et par la suite, plus aucune nouvelle ! Je dois vous dire que j’étais inquiet, mais je continuais de demander au Seigneur d’intervenir dans la vie de cette femme. Et voilà qu’il y a quelques jours, je reçois un magnifique message de gratitude de cette dame...

Lire ce texte
Publié le 1er AOÛT 2017
Éloi Giard

Le cœur… dans les étoiles

Il y a une vingtaine d’années, je me suis retrouvé en vacances avec des amis en République Dominicaine. Je m’y suis découvert une passion pour la plage durant le jour, certes, mais plus encore en fin de soirée ! Être étendu sur une chaise longue au bord de la mer, n’entendre que le doux reflux des vagues et contempler la voûte étoilée : inoubliable ! Il y avait dans cette beauté céleste un appel que je ne pouvais pas ignorer. Mais… lequel ?

Lire ce texte
Publié le 1er JUILLET 2017
Sylvain Charron

Que tous soient un !

Au moment ou j’écris cette lettre, je suis à la toute fin du pèlerinage avec Sœur Angèle et un groupe de 104 personnes. Je dois vous dire qu’à tous les jours j’ai prié pour vous, et d’une façon toute spéciale à Assise, ce petit village ou Saint-François a vécu. Pendant le pèlerinage, j’ai eu le privilège de rencontrer une personne formidable. Son prénom est Raymond et cet homme m’a évangélisé sans le savoir.

Lire ce texte

Vous aimez nous lire?

Supportez-nous!

Faites un don et aidez-nous à produire ce contenu. Proclamation de la Parole de Dieu à la télévision et sur le Web grâce à votre support.

Faire un don