« Si vous ne redevenez pas comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le Royaume de Dieu. »Mt 18, 3

1er NOVEMBRE 2020
Par Père Dominic LeRouzès, Prêtre diocésain
Envoyer à un proche

Chers amis lecteurs, chers frères et sœurs,

Je suis heureux de vous rejoindre pour une petite réflexion du mois de novembre. J’aimerais vous raconter une anecdote qui m’est arrivée lorsque j’étais adolescent et qui demeure, pour moi, un véritable enseignement du Seigneur Jésus dans ma vie.

C’est en 1988. J’ai 14 ans et je suis en secondaire II. Je suis dans un cours d’anglais, en attendant que notre tour arrive. En effet, dans quelques instants, ma vie va se transformer. Depuis que je suis arrivé au secondaire, je suis d’un naturel joyeux, mais timide. Mais, dans l’école où je suis, difficile de faire sa marque, sortir des rangs, se faire un nom.

Avec Frédéric et Benoît, nous avons dû préparer un sketch de deux minutes pour le cours d’anglais. Dans cette pièce, j’incarne un prof de math qui s’appelle Bob. Jusque là, rien de bien extraordinaire. Mais contrairement à toutes nos attentes, ce qui devait être banal au possible se révèle être la chance de ma vie. Deux minutes suffisent pour créer l’hilarité générale : notre pièce de théâtre se transforme en comédie loufoque et fait de nous des stars instantanées.

Et voilà qu’à partir de ce moment, on commence à m’appeler « Bob », du nom que j’avais dans la pièce. Maintenant, quand ils me croisent dans les corridors, les gars qui m’ignoraient jusque là me saluent chaleureusement en me disant : « Hey ! Salut Bob ! » Bientôt, on en oubliera même la pièce, mais ce n’est pas grave : je dois saisir ma chance d’être populaire ! Je me trouve un nouveau style avec des bretelles fluos, des chemises de soie, des jeans noirs et beaucoup… beaucoup de gel dans les cheveux. Dans les partys, je suis le spécialiste de la musique et je danse un peu de break dance pour épater… Bref, l’affaire est dans le sac !

Six ans plus tard, mon père commence à s’impatienter. Avec raison ! Beaucoup de mes amis ne connaissent même pas mon vrai nom et lorsque papa décroche le téléphone, il entend régulièrement : « Euh… allo ? Est-ce que je peux parler à Bob ? » Chaque fois la tentation le démange d’exploser l’acoustique sur le mur en hurlant : « Y a pas d’Bob icitte, c’tu clair ? » Mais il répond avec civilité : « Oui, bien sûr, je vous le passe. Un moment. » Un jour, alors qu’il est excédé de tempérer ses humeurs, il me convoque en sa présence comme lui seul avait l’art de le faire.

Me rapportant l’affaire du téléphone, excédé, papa commence à m’expliquer : « Tu sais, ta mère et moi, quand nous t’avons fait baptiser, nous t’avons appelé Dominic. Comment se fait-il que les gens que tu côtoies ignorent ton vrai nom ? » La question me transperce, non seulement de constater ma duplicité, mais surtout de voir la tristesse de papa. Et, au fond, je sentais bien que c’était Dieu qui, à travers lui, me lançait un appel à la conversion, une conversion à redevenir moi-même.

Enfant jouant dans les feuilles
Enfant jouant dans les feuilles

Jésus dit dans l’Évangile : « Si vous ne redevenez pas comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le Royaume de Dieu. » Quand mon père m’a posé cette question, j’ai réalisé que j’avais, en quelque sorte, enterré mon cœur d’enfant derrière ce masque, cette façade que j’appelais : « Bob ». Ce soir-là, j’ai réalisé que je devais laisser vivre l’enfant et être vrai désormais.

Si je vous raconte ce petit bout de l’histoire de ma vie, c’est pour me rappeler à quel point j’ai besoin de Jésus dans ma vie. Car, lorsqu’il m’appelle à la conversion, il me rappelle simplement à l’authenticité, à être vrai avec moi-même. C’est en ce sens que j’entends, encore aujourd’hui, chacune de ses paroles de vie : « Qu’as-tu à regarder la paille dans l’œil de ton frère alors que la poutre qui est dans le tien, tu ne la remarques pas ? », « Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés », « Demeurez en moi comme moi en vous ».

Et toi ? Quelle est la parole de Jésus qui a transformé ta vie ?

Je te bénis de tout cœur +

Père Dominic LeRouzès
Prêtre diocésain

La lecture à bien été envoyée.

Envoyez cette lecture à un de vos proches!

Remplissez le formulaire ci-joint et envoyez cette lecture directement par courriel.

Poursuivez votre lecture

Publié le 1er OCTOBRE 2020
Sylvain Charron

RIEN N’EST IMPOSSIBLE AUX ANGES

Comme vous le savez peut-être, le mois d’octobre est aussi le mois des Anges Gardiens. La fête est le 2 octobre. Depuis plusieurs années, je m’intéresse beaucoup aux Anges Gardiens. Je dois vous dire que sans sa protection, je ne serais plus de ce monde !

Lire ce texte
Publié le 1er OCTOBRE 2020
Gauthier Elleme

« Soyez joyeux à cause de votre espérance; soyez patients dans la détresse; priez avec fidélité. » Romains 12.12

C’est pour moi une immense joie de vous partager l’espérance qui m’habite. Comme pour beaucoup, cette année n’a pas été une période facile. Alors, comment avec toutes ces choses difficiles garder la joie et l’espérance? Quel regard et langage doivent nous avoir comme disciples du Christ?

Lire ce texte
Publié le 1er SEPTEMBRE 2020
Stéphane Roy

LE MOMENT PRÉSENT !

Il y a déjà un petit moment que je t’ai écrit, quoique que l’on se retrouve toutes les semaines au petit écran… c’est que je suis davantage verbal que littéraire. Et pourtant, ce n’est pas faute de savoir que l’écrit a son importance, ses particularités, dont entre autres son caractère intimiste, la possibilité de sa profondeur...

Lire ce texte

Vous aimez nous lire?

Supportez-nous!

Faites un don et aidez-nous à produire ce contenu. Proclamation de la Parole de Dieu à la télévision et sur le Web grâce à votre support.

Faire un don