« TOUT VA BIEN ALLER ! »

1er MAI 2019
Par Brigitte Bédard, Journaliste catholique
Envoyer à un proche

Cher(e)s ami(e)s,

Tout comme moi, vous avez eu l’occasion de voir un peu partout des arcs-en-ciel avec cette phrase d’encouragement : « Tout va bien aller ». Dans ma rue, presque toutes les maisons ont encore le leur, parce qu’on le sait très bien, ce n’est pas fini tout ça !

arc-en-ciel dessin

Le jeune couple d’en face, savez-vous ce qu’il y a d’écrit dessus ? « Ça va bien aller. Bébé arrive en octobre ! » C’est comme ça qu’on a su que Mathieu, ce petit gars qu’on a vu grandir, qui a traversé sa crise d’adolescence – avec ses party à ne plus finir ! – ce même Mathieu, allait devenir papa. Il y a cinq ans à peu près, ses parents lui ont vendu la maison. Il s’est installé là avec sa blonde. Et là, ils seront une famille bientôt.

Nos voisins d’à côté, les jumeaux, ils sont rendus si grands qu’ils ont offert leur service pour tondre notre pelouse cet été. En face, à gauche, Madame Sicotte est partie en résidence et a vendu sa maison à sa petite-fille il y a quatre ans. Le couple vient d’accueillir leur deuxième enfant, alors qu’on venait tout juste de se réjouir des prouesses à vélo du premier. Juste en face, là aussi, les trois enfants grandissent et jouent au hockey dans la rue presque chaque jour.

Plus haut, monsieur Richard, 95 ans, qui prenait sa marche à 16h00 tous les jours avec ses deux chiens Kiwi et Scotty, marche désormais avec Kiwi seulement parce que Scotty est mort il y a deux ans. En face de chez eux, il y a « Monsieur Persil ». C’est ainsi que les enfants du quartier l’ont surnommé parce que la première fois qu’ils l’ont vu, il leur a donné du bon persil de son jardin. Le nom est resté et demeure, depuis dix ans. Monsieur Persil a perdu sa fille l’an dernier de la maladie de Lyme. « La vie continue », m’a-t-il lancé, quand il m’a appris la nouvelle, debout sur le trottoir, en m’envoyant la main comme il le fait tous les jours. Mais cette fois-là, c’était un peu beaucoup pour cacher sa peine et ses yeux mouillés. Vous savez, les larmes d’un homme de 82 ans, il faut respecter ça.

Le voisin du coin, lui, n’a pas fait retentir sa Harley Davidson ce printemps. Je pense qu’il est trop occupé à mettre toutes ses énergies et son amour sur son grand garçon de 20 ans qui sort tout juste de désintoxication. En face de chez lui, il y a un bloc appartement. Les itinérants qui y vivaient, n’y sont plus. Depuis le début de la pandémie, je ne les ai pas vus. Les quelques fois que je suis sortie de la maison pour me rendre à l’épicerie, j’espérais les voir à leur place habituelle, mais non. Je leur ai préparé un sac à dos rempli de trucs utiles. Il est dans la valise de l’auto. Prêt.

arc-en-ciel fillette

Cher(e)s ami(e)s de La Victoire de l’Amour, je vous raconte la vie de mon quartier pour vous dire que la vie continue. Si on ne peut pas sortir, si on se sent impuissants ou inutiles, si on se décourage quelquefois, je veux vous dire que la vie continue autour de nous, autour de vous. Il faut juste la regarder bien en face. Prendre le temps de la contempler. Pas juste avec les yeux, mais aussi avec le cœur. Avec les yeux du cœur du Christ. C’est alors seulement qu’on voit qu’elle déborde de vie, la vie. Et qu’avec le Christ, tout va vraiment bien aller, quoi qu’il puisse arriver.

Affectueusement,

Brigitte Bédard
Journaliste catholique

La lecture à bien été envoyée.

Envoyez cette lecture à un de vos proches!

Remplissez le formulaire ci-joint et envoyez cette lecture directement par courriel.

Poursuivez votre lecture

Publié le 1er AVRIL 2020
Sylvain Charron

Sainte mère de Dieu, sous ta protection nous nous réfugions.

C’est avec beaucoup d’émotion que je vous écris cette lettre. Nous vivons tous des moments très difficiles au niveau planétaire. C’est du jamais vu ! Mais il ne faut surtout pas tomber dans une psychose collective. J’aimerais répondre à ceux qui croient que c’est la fin du monde... bien sûr que non. Ce n’est pas la première pandémie que traverse l’Humanité et à chaque fois elle a passée au travers !

Lire ce texte
Publié le 1er AVRIL 2020
Éloi Giard

Comme un tournesol dans un tas de pierres

Il y a un an environ, un événement aussi malheureux qu’inattendu s’est produit chez nous, à Marieville. Une partie du revêtement extérieur d’un des deux clochers de l’église paroissiale s’est subitement détachée et est tombée par terre. Un spectacle déprimant ! Nos bâtiments religieux nous causent assurément de plus en plus de tracas.

Lire ce texte
Publié le 1er MARS 2020
Sylvain Charron

Carême 2020; le grand ménage de notre coeur !

Quelle joie de vous retrouver en ce Carême 2020. Pour moi, c’est un moment important de grande réflexion. C’est un peu comme faire le grand ménage dans notre vie et notre cœur ! C’est aussi un beau moment pour pardonner et demander pardon !

Lire ce texte

Vous aimez nous lire?

Supportez-nous!

Faites un don et aidez-nous à produire ce contenu. Proclamation de la Parole de Dieu à la télévision et sur le Web grâce à votre support.

Faire un don