En novembre, ceux qui nous ont quittés sont PLUS « VIVANTS » QUE JAMAIS !

Message mensuel de Sylvain | 1er NOVEMBRE 2012
Par Sylvain Charron, Animateur et fondateur de la Victoire de l'Amour
Envoyer à un proche

Bonjour,

Tout d'abord, merci de me permettre de vous rejoindre à chaque mois par le biais de cette lettre... c'est toujours avec une grande joie que je l'écris ! Comme vous l'avez sûrement constaté, je suis revenu à l'animation des émissions du matin. Lorsque Luc et moi en avons parlé, ce fut une décision difficile à prendre de revenir aux émissions du matin, car cela demande beaucoup ! Mais sachez que je suis très heureux de vous retrouver à tous les matins à 5 h 15 du lundi au vendredi et le samedi à 5 h 45 ! C'est un privilège que vous me donnez d'entrer chez vous tous les jours pour qu'ensemble, on savoure la Parole de Dieu ! Je ferai de mon mieux pour répondre à l'appel du Seigneur ! Merci de prier pour moi !

Pour beaucoup de personnes, le mois de novembre est le mois des morts... j'aime mieux dire... le mois des Vivants, car ceux qui nous ont quittés sont PLUS « VIVANTS » QUE JAMAIS !

Voici un texte magnifique de Doris Lussier sur la mort... j'ai eu la chance de le rencontrer un jour :

Je n'ai qu'une toute petite foi naturelle, fragile, vacillante, bougonneuse et toujours inquiète. Une foi qui ressemble bien plus à une espérance qu'à une certitude.

Mais voyez-vous, à la courte lumière de ma faible raison, il m'apparaît irrationnel, absurde, injuste et contradictoire que la vie humaine ne soit qu'un insignifiant passage de quelques centaines de jours sur cette terre ingrate et somptueuse.

Il me semble impensable que la vie, une fois commencée, se termine bêtement par une triste dissolution dans la matière, et que l'âme, comme une splendeur éphémère, sombre dans le néant après avoir inutilement été le lieu spirituel et sensible de si prodigieuses clarté, de si riches espérances et de si douces affections.

Il me parait répugner à la raison de l'homme autant qu'à la providence de Dieu que l'existence ne soit que temporelle et qu'un être humain n'ait pas plus de valeur et d'autre destin qu'un caillou.

J'ai déjà vécu beaucoup plus que la moitié de ma vie ; je sais que je suis sur l'autre versant des cimes et que j'ai plus de passé que d'avenir. Alors, j'ai sagement apprivoisé l'idée de ma mort. Je l'ai domestiquée et j'en ai fait ma compagne si quotidienne qu'elle ne m'effraie plus... ou presque.

Au contraire, elle va jusqu'à m'inspirer des pensées de joie. On dirait que la mort m'apprend à vivre. Si bien que j'en suis venu à penser que la vraie mort, ce n'est pas mourir, c'est perdre sa raison de vivre. Et bientôt, quand ce sera mon tour de monter derrière les étoiles, et de passer de l'autre côté du mystère, je saurai alors qu'elle était ma raison de vivre. Pas avant.

Mourir, c'est savoir, enfin. Sans l'espérance, non seulement la mort n'a plus de sens, mais la vie non plus n'en a pas.

Ce que je trouve beau dans le destin humain, malgré son apparente cruauté, c'est que, pour moi, mourir, ce n'est pas finir, c'est continuer autrement. Un être humain qui s'éteint, ce n'est pas un mortel qui finit, c'est un immortel qui commence.

La tombe est un berceau. Mourir au monde, c'est naître à l'éternité.

Car la mort n'est que la porte noire qui s'ouvre sur la lumière. La mort ne peut pas tuer ce qui ne meurt pas. Or notre âme est immortelle. Il n'y a qu'une chose qui peut justifier la mort... C'est l'immortalité.

Mourir, au fond, c'est peut-être aussi beau que de naître. Est-ce que le soleil couchant n'est pas aussi beau que le soleil levant ? Un bateau qui arrive à bon port, n'est-ce pas un événement heureux ?

Et si naître n'est qu'une façon douloureuse d'accéder au bonheur de la vie, pourquoi mourir ne serait-il pas qu'une façon douloureuse de devenir heureux ?

La plus jolie chose que j'ai lue sur la mort, c'est Victor Hugo qui l'a écrite.

C'est un admirable chant d'espérance en même temps qu'un poème d'immortalité.

« Je dis que le tombeau qui sur la mort se ferme Ouvre le firmament,

Et que ce qu'ici-bas nous prenons pour le terme est le commencement. »

Je suis si heureux de vous annoncer le cadeau du mois... il s'agit du retour de l'Ange de Noël... COLLECTION 2012... c'est Sœur Angèle qui l'a choisi et il est absolument magnifique ! Profitez-en pour l'offrir en cadeau à ceux que vous aimez…

Puis-je me permettre de vous demander votre aide spéciale en ce mois de novembre... nous avons VRAIMENT besoin de vous, de votre soutien financier en ce début d'automne... une dame qui donne 25$ par mois me faisait réaliser, que cela revient à 0,80 sous par jour pour avoir les émissions 7 jours par semaine. Moins cher que le journal, qu'un billet de loterie, que le câble, etc. Elle me disait, j'ai décidé de miser sur l'Essentiel... et l'Essentiel c'est la Parole de Dieu !

Sachez qu'il n'y a pas de petits dons... l'important c'est de donner avec joie, comme le dit saint Paul.

Connaissant la volonté avec laquelle vous soutenez notre travail, je suis certain de pouvoir compter sur vous pour obtenir l'aide financière dont nous avons de plus en plus besoin pour garder l'émission La Victoire de l'Amour à la télévision.

Merci de tout cœur de votre amitié ! Tant que vous le voudrez, je serai avec vous afin de proclamer Celui à qui j'ai donné ma vie... Jésus !

La lecture à bien été envoyée.

Envoyez cette lecture à un de vos proches!

Remplissez le formulaire ci-joint et envoyez cette lecture directement par courriel.

Poursuivez votre lecture

Publié le 1er OCTOBRE 2012
Sylvain Charron

Octobre, mois dédié à Notre Mère du Ciel

Lire ce texte
Publié le 1er OCTOBRE 2012
Daniel Gilbert

Le mois d'octobre, mois du Rosaire

Lire ce texte
Publié le 1er SEPTEMBRE 2012
Sylvain Charron

MÉDITONS LE ROSAIRE

Lire ce texte

Vous aimez nous lire?

Supportez-nous!

Faites un don et aidez-nous à produire ce contenu. Proclamation de la Parole de Dieu à la télévision et sur le Web grâce à votre support.

Faire un don