Laissons-nous surprendre par l'Esprit Saint !

1er JUIN 2013
Par ,
Envoyer à un proche

Bonjour,

Dans son homélie du 16 avril dernier, le pape François nous invitait à nous laisser « déranger » par l'Esprit Saint, non seulement dans notre vie personnelle, mais aussi au niveau ecclésial, dans la réception du Concile Vatican II. Ce bon pape François a dénoncé la « résistance à l'Esprit Saint » dans notre façon de mettre en pratique Vatican II.

Mais de quelle façon résistons-nous à l'Esprit Saint? En commentant la première lecture du jour, où Étienne fustige le sanhédrin : « Hommes au cou raide, incirconcis de cœur et d'oreilles, toujours vous résistez à l'Esprit Saint ; vous êtes bien comme vos pères. Lequel des prophètes vos pères n'ont-ils pas persécuté ? » (Ac 7,51-52a), le pape ajoute : « Étienne dit en quelque sorte : Vous avez tué les prophètes, puis vous les avez vénérés, vous leur avez érigé des monuments, mais après les avoir tués ».

Pour le pape, c'est ainsi que se manifeste la résistance à l'Esprit Saint. On peut bien penser que cela se passait au début de l'Église, mais plus maintenant. « Il n'en est rien » dit François. L'Esprit Saint nous dérange toujours; il nous remue, il nous fait marcher, il pousse l'Église à avancer. Et nous, nous sommes comme Pierre à la Transfiguration : « Maître, il est bon que nous soyons ici ; dressons trois tentes: une pour toi, une pour Moïse, une pour Élie » (Lc 9,33). L'évangéliste ajoute que Pierre ne savait pas ce qu'il disait. Au fond, il est heureux que nous soyons ensemble, bien tranquilles, mais que cela ne nous dérange pas !

Le pape a dénoncé sans ambages cette « résistance à l'Esprit » dans la réception de Vatican II, qui a été, selon lui, « une belle œuvre de l'Esprit Saint » : « Cinquante ans plus tard, avons-nous fait tout ce que l'Esprit Saint nous a dit dans le Concile ? » « Non ! » a répondu le pape : « Comme dans l'Ancien Testament, nous fêtons cet anniversaire en érigeant un monument au Concile, mais nous souhaitons surtout qu'il ne nous dérange pas. Nous ne voulons pas changer ». Et il ajoute avec fermeté : « Quelques voix demandent même à retourner en arrière. Cela s'appelle être entêté; cela s'appelle vouloir apprivoiser l'Esprit Saint et cela s'appelle aussi devenir sot et lent du cœur ».

Si je comprends bien le Saint-Père, cette résistance à l'Esprit Saint nous empêche d'avancer sur la route du Royaume. L'Esprit nous pousse à prendre un chemin plus évangélique, et nous refusons de le faire, parce que c'est trop dérangeant. Nous préférerions que l'Esprit s'assoupisse et qu'il nous laisse en paix; mais cela est impossible, puisque l'Esprit Saint est Dieu. Il est ce vent qui va et vient, et on ne sait d'où il vient et où il va. Il est la force de Dieu; il donne la consolation et la force pour aller de l'avant. Et ceci dérange toujours. « Le confort est meilleur » a poursuivi le pape François.

À l'approche de l'été et des vacances estivales, si on se laissait « surprendre » par l'Esprit Saint. Sur la route de nos vacances, nous rencontrerons des femmes, des hommes, des enfants, avec leur réalité: leurs joies, leurs peines, leurs situations de vie dans la société contemporaine. Certaines personnes vivent de grandes souffrances : la maladie, la perte d'un emploi, la pauvreté, les conflits de toutes sortes. Et si on se laissait déranger par ces personnes ! Peut-être que l'Esprit peut nous surprendre, en faisant de nous des témoins d'espérance. Ça ne nous empêchera pas de nous reposer ; au contraire, ça nous donnera des forces pour mieux avancer sur la route parfois difficile de nos vies.

Au lieu de contrer le vent de l'Esprit, si on se laissait porter par ce vent qui nous pousse à agir et à aimer davantage, même en vacances. L'important n'est pas de savoir où ce vent nous conduira, mais bien la transformation du monde qu'il opérera, à travers nous. Selon le pape François, l'Esprit qui vient à nous et qui nous pousse en avant, nous fait nécessairement avancer sur la route de la sainteté.

C'est la grâce que je vous souhaite !

Bonnes vacances ! Bon été !

Je vous bénis,

La lecture à bien été envoyée.

Envoyez cette lecture à un de vos proches!

Remplissez le formulaire ci-joint et envoyez cette lecture directement par courriel.

Poursuivez votre lecture

Publié le 1er MAI 2013
Sylvain Charron

NOUS SOMMES LA DEMEURE DE DIEU !

Lire ce texte
Publié le 1er AVRIL 2013
Sylvain Charron

Un vent de fraîcheur de l'Esprit-Saint souffle sur l'Église avec l'arrivée du pape François !

Lire ce texte

Vous aimez nous lire?

Supportez-nous!

Faites un don et aidez-nous à produire ce contenu. Proclamation de la Parole de Dieu à la télévision et sur le Web grâce à votre support.

Faire un don