Une émission branchée spirituellement

5 AOÛT 2011
Par Donald Thompson, Prêtre diocésain
Envoyer à un proche

« La Victoire de l'Amour » d'Évangélisation 2000 se prépare déjà à vous offrir à la télévision une autre année d'émissions bien branchées sur le plan spirituel à l'intérieur de la grande tradition catholique. Est-il toujours possible d'offrir une telle émission dans une société pluraliste ?

Plusieurs faits nous amènent à penser qu'on peut difficilement manifester sa foi sur la place publique sans heurter ceux qui ne sont pas de notre religion. L'État, dans l'exercice de la vie politique démocratique se doit d'être d'une totale neutralité en matière de religion dans une société pluraliste. Il faut respecter la liberté de conscience et de religion de chaque personne et son droit à être traitée de manière égale. Et donc, la religion est renvoyée à la sphère privée, à la maison ou dans les églises. L'émission télévisée « La Victoire de l'Amour » a-t-elle toujours sa place ? Oui, plus que jamais.

Certainement qu'il faut approfondir, enraciner et confesser sa foi, sans détour. Mais pas n'importe comment. La tolérance implique une certaine humilité et discrétion, non pas parce qu'on cherche à se cacher, mais parce qu'on ne se met pas trop brutalement en évidence. L'Évangile de Marc, entre autres, met en évidence un Jésus qui demande de ne pas trop répandre qu'il fait des guérisons. Ce qu'on a nommé le secret messianique est une sorte de retenue de l'évangélisateur, qui ne sort pas tout le temps son drapeau pour montrer qu'il est chrétien.

Cela ne signifie pas qu'il en a honte, mais qu'il respecte le cheminement des gens autour de lui. Ils découvriront bien de quelque manière la qualité du personnage et le fond de son être. En somme, on doit bien se rappeler que l'habit ne fait pas le moine…

Doit-on penser que c'était bien mieux au Québec quand tout le monde était catholique et qu'on n'était pas dans un monde aussi diversifié de religions et de sectes?

Je ne crois pas. Au contraire, on peut saisir cela comme une occasion de vérité. Il n'y avait que des catholiques, autrefois, mais pas toujours très convaincus. Les gens remplissaient les églises, mais on peut bien comprendre pourquoi. Ils n'étaient pas fous. Quand tu as le choix entre aller à l'église ou aller en enfer, tu n'hésite pas à aller à l'église…Maintenant qu'on fait plus appel à la conviction profonde, à la décision personnelle et non pas seulement à la discipline imposée de l'extérieur ou à la peur, les choses changent, et peut-être en mieux. Les catholiques convaincus et bien enracinés dans leur foi sont nombreux, et ils sont le levain dans la pâte.

Le pluralisme n'affaiblit pas la religion et la qualité de nos convictions ; il oblige à raffiner notre manière de croire, dans le respect des différences, en nous rappelant que Jésus lui-même n'a jamais imposé son personnage et son message : il a voulu d'abord séduire par la qualité de son être et de son accueil, par une immense bienveillance envers les « poqués » de la vie. Les chercheurs de Dieu se trouvent dans toutes les cultures et dans toutes les religions. Et le mot catholique veut dire universel, donc, accueillant à toutes les différences. Les catholiques ne sont pas fermés sur eux-mêmes, mais capables de dialogue et de respect des autres sans exclure ni condamner qui que ce soit en raison de sa référence religieuse.

Il n'est donc pas question de cacher sa propre croyance et de s'excuser d'être catholique?

À la télévision, les choix sont immenses, et on se branche sur l'émission qui nous plaît, et sur l'offre de gens qu'un groupe religieux y présente. Il n'y a ni harcèlement, ni menace, ni manipulation. Et c'est possible de dire tout haut sa foi, ses convictions, sans mépriser ni heurter qui que ce soit. C'est ce que nous faisons à la Victoire de l'Amour. Le pluralisme se traduit en concurrence : nous sommes plusieurs… Et il faut avoir une qualité totale dans la manière de vivre et de transmettre ses convictions. Voilà le plus beau défi qui nous est lancé dans la société actuelle.

En somme, notre époque est plutôt favorable à une vraie évangélisation?

Sûrement, nous avons plus que jamais une ouverture des gens qui sont en quête de sens pour leur vie, leur avenir, pour trouver courage et espérance. Ce qu'ils cherchent, c'est du solide et pas seulement des nourritures terrestres qui ne rassasient pas. L'Évangile est un moteur de civilisation et un moteur d'évangélisation partagé entre tous. Et c'est sûrement emballant de pouvoir le présenter, avec compétence et conviction, sur la place publique comme un chemin de liberté, de réussite humaine, d'accomplissement de toute sa vie. C'est un immense privilège que d'avoir accès à la parole de Jésus et à sa promesse du salut éternel.

Je vous bénis,

La lecture à bien été envoyée.

Envoyez cette lecture à un de vos proches!

Remplissez le formulaire ci-joint et envoyez cette lecture directement par courriel.

Poursuivez votre lecture

Publié le 1er JUILLET 2011
Sylvain Charron

C'est dans les moments difficiles que l'on reconnait les gens de foi.

Lire ce texte
Publié le 1er JUILLET 2011
Soeur Angèle

PRÉPAREZ-VOUS À PASSER VOTRE PLUS BEL ÉTÉ !

Lire ce texte
Publié le 1er JUIN 2011
Sylvain Charron

Bonne fête des Pères!

Lire ce texte

Vous aimez nous lire?

Supportez-nous!

Faites un don et aidez-nous à produire ce contenu. Proclamation de la Parole de Dieu à la télévision et sur le Web grâce à votre support.

Faire un don