Le Carême…un temps privilégié, un temps de conversion!

1er MARS 2010
Par Daniel Gilbert, Prêtre diocésain
Envoyer à un proche

Bonjour chers amis. Le mois de mars est déjà entamé. C'est donc le temps du Carême qui est commencé pour nous, les chrétiens. Un temps qui nous est donné pour mieux creuser le mystère de notre foi, la mort et la résurrection de Jésus.

J'espère que vous avez pu participer au Mercredi des Cendres, peut-être vous êtes vous fait imposer les cendres? Il ne faut pas oublier que cette imposition est un signe important pour nous, celui qui marque notre entrée en Carême. Les cendres sont le rappel de ce que nous savons tous mais qu'on oublie la plupart du temps : nous sommes des êtres de passage sur cette terre et nous retournerons en cendres. Heureusement que nous sommes des êtres aimés de Dieu et que nous retournerons à Dieu!

« De quoi vous souvenez-vous  de vos Carêmes d'antan, d'autrefois? »

Pour certains, c'est peut-être la privation de chocolat, de friandises.  Parfois je me dis qu'on a réduit la signification du Carême à ces images, à ces réflexions de notre enfance. Je me rappelle la chanson de Tex Lecor qui disait : « c'est comme pendant le Carême, quand je volais des candy ». Pour d'autres, le Carême est un temps de jeûne. On en profite pour essayer de perdre quelques kilos en trop. L'expression avoir une face de carême en dit long sur l'appréciation qu'on a de cette période qui coïncide avec la fin d'un hiver qu'on commence à trouver long.

Pourtant, est-ce que c'est bien cela le Carême? Le Carême est certainement un temps privilégié qui nous est donné pour redécouvrir notre foi et cette puissance d'amour qu'il y a enfoui dans notre foi. Alors, qu'allons-nous faire comme Carême pour justement libérer en nous cette puissance de vie, d'amour? Chacun devrait se poser la question!

Je pense que la chose la plus importante que nous avons à faire dans cette période, ce n'est pas seulement de dire je vais me priver de manger du chocolat ou de jeûner pour pouvoir perdre quelques livres… Prenons le temps de réaliser ceci : si je me prive de manger du chocolat… le 5$ que je ne dépense pas pour cela, je vais l'utiliser pour le donner à un organisme qui vient en aide aux victimes d'Haïti. Au lieu de faire une sortie au cinéma, je vais faire jeûne de cette sortie. Le 10$ que j'aurais dépensé, je vais le donner pour une œuvre près de chez nous, qui s'occupe des personnes violentées ou brimées dans leur liberté. Je vais même participer à la vente du pain partagé le Vendredi Saint dans ma paroisse ou dans mon quartier…Je vais aller visiter un malade chez lui ou à l'hôpital. Je vais aller visiter une personne seule au foyer qui sera si contente de me voir…

Écoutez bien la parole d'Isaïe qui nous dit quel jeûne le Seigneur préfère : « N'est-ce pas faire tomber les chaînes injustes, rendre la liberté aux opprimés, briser tous les jougs? N'est-ce pas partager ton pain avec celui qui a faim, recueillir chez toi le malheureux sans abri, couvrir celui que tu verras sans vêtement, ne pas te dérober à ton semblable?...Alors ta lumière jaillira comme l'aurore, et tes forces reviendront rapidement. Ta justice marchera devant toi et la gloire du Seigneur t'accompagnera. »  (Isaïe 58, 6-7-8) Il y a matière à réflexion n'est-ce pas?

Le temps du Carême est un temps pour se convertir!  Il ne faut pas avoir peur de ce mot…c'est le temps de changer réellement quelque chose pour me rapprocher de moi-même, mais aussi des autres autour de moi, et surtout du Seigneur.

Si nous voulons que la fête de Pâques ait un sens, il faut donner un sens au Carême. Les grandes religions autour de nous ne se gênent pas de vivre les temps forts que leur religion leur prescrit…et nous les chrétiens, que faisons-nous de nos temps forts que notre religion nous prescrit? On ne peut célébrer Pâques que si on creuse ce chemin de désert que notre Seigneur Jésus a pris. Il est allé jusque sur la croix pour nous libérer. Il en a fait des jeûnes et des privations pour nous montrer jusqu'où va l'amour. Voilà ce que nous devons faire nous aussi, nous qui portons si fièrement le nom de chrétien(ne), le nom même de notre maître : le Christ!

Voilà chers amis ce que je voulais vous partager. Je vous souhaite un bon Carême!

Je vous bénis !


La lecture à bien été envoyée.

Envoyez cette lecture à un de vos proches!

Remplissez le formulaire ci-joint et envoyez cette lecture directement par courriel.

Poursuivez votre lecture

Publié le 1er FÉVRIER 2010

Dieu vous le rendra au centuple!

Lire ce texte
Publié le 1er JANVIER 2010

Mes Meilleurs Vœux pour l'année 2010

Lire ce texte

Vous aimez nous lire?

Supportez-nous!

Faites un don et aidez-nous à produire ce contenu. Proclamation de la Parole de Dieu à la télévision et sur le Web grâce à votre support.

Faire un don