Dans mon jardin

1er AOÛT 2016
Par ,
Envoyer à un proche

Bonjour,

Ma tante Bernadette était une jardinière accomplie. Dans tout le canton, on reconnaissait la beauté de son jardin. Il est vrai qu’elle avait le plus grand respect pour son environnement, en n’utilisant que des produits naturels et il est vrai aussi qu’elle passait de longues heures à enlever les herbes indésirables, à remuer la terre et à chasser les parasites qui abîmaient ses plantes. En plus d’être une merveille pour les yeux, d’être un producteur fiable d’aliments sains qui nourrissaient la famille presque toute l’année, son jardin dégageait un parfum sublime. Ma tante Bernadette avait l’art de jumeler les plantations de fleurs, de fruits et de légumes qui, par leur essence respective, s’entraidaient les uns les autres à garder la beauté, la saveur et la richesse de chacun et chacune.

Jardinage
Jardinage

Un jour, j’avais demandé à ma tante pourquoi son jardin avait, année après année, cette beauté et cette fraîcheur uniques. Elle m’avait simplement répondu qu’elle faisait comme à peu près tout le monde en utilisant des produits de qualité, qu’elle assurait à ses plants un environnement sain et qu’elle s’occupait d’eux chaque jour. Pour son jardin, peu importait la température, elle accomplissait une visite quotidienne afin de s’assurer que tout était parfait et je suis allé jusqu’à croire, qu’elle allait aussi leur porter une bonne ration d’amour afin qu’ils s’épanouissent dans toute leur splendeur.

Mais ma tante avait ajouté qu’il fallait garder son jardin intérieur à l’image du jardin extérieur. « Comment peut-on produire quelque chose de beau si on ne le possède pas déjà à l’intérieur de soi ? » Je n’avais pas très bien compris ce qu’elle tentait de m’apprendre mais quand elle a ajouté « Regardes ce que tu portes à l’intérieur de toi et tu sauras ce que tu sèmes ! » Alors là, j’ai compris.

Aussi, ce soir là, je me suis recueilli dans un endroit calme et j’ai fait le tour de mon jardin. J’ai supposé que ce conseil de ma tante devait me servir de leçon et consciencieusement je suis allé vers les plates-bandes les moins jolies.

Il y avait, dans certains espaces, si peu de lumière, que mes plantes d’harmonie étouffaient, laissant une odeur de désespoir qui causait mon mal de vivre. La colère avait envahi toutes les sections de mon jardin, le partage, l’attention aux autres, le respect même celui de soi, avaient presque disparu. Le jugement et le blâme des autres, ceux-là, ils étaient si nombreux et si forts que, pour un moment, j’ai été tenté d’abandonner la partie et de les laisser régner en rois et maîtres. J’ai tout de même trouvé dans mes réserves de fertilisant une bonne dose de courage qui, bien arrosée de patience, pouvait remettre de l’ordre dans ces espaces et ramener mon jardin à l’image des beaux jardins de ma tante Bernadette. J’avais bien compris que ce que je donnais autour de moi était à l’image de ce que je cultivais à l’intérieur de moi. Une certaine dose de graine de sagesse m’a aussi fait comprendre que l’entretien de mon jardin, c’est un travail continu, c’est l’histoire de toute une vie. Aujourd’hui encore, après de nombreuses visites, mon jardin n’est pas parfait. Toutefois quand je le visite, je sens les parfums de la bonté et de l’amour.

Et chaque fois que quelqu’un me demande comment je fais pour être comme je suis, comment je fais pour accepter les autres, et essayer de les comprendre, pour ne pas condamner, ne pas juger et pardonner ? Je pense à la question que j’avais posée à ma tante Bernadette. Et invariablement je réponds : « On ne peut pas produire quelque chose de beau si on ne le possède pas déjà à l’intérieur de soi. Regarde ce que tu portes à l’intérieur de toi et tu sauras ce que tu sèmes ! » Curieusement, très souvent, cette question me parvient par la bouche d’enfants. Sont-ils de ces jardiniers qui savent garder un jardin sans tâches ou bien ont-ils appris à jardiner bien avant moi ?

Je vous bénis de toute mon âme.

Robert Jolicoeur, ptre

La lecture à bien été envoyée.

Envoyez cette lecture à un de vos proches!

Remplissez le formulaire ci-joint et envoyez cette lecture directement par courriel.

Poursuivez votre lecture

Publié le 1er JUILLET 2016
Sylvain Charron

MESSAGE DE TON ANGE GARDIEN

Je suis vraiment très heureux de vous retrouver en ce mois de juillet. Avant d’aller plus loin, je vous offre un texte que j’ai écrit il y a plusieurs années une nuit où je ne dormais pas… j’ai ressenti qu’il fallait que j’écrive… alors voilà… le titre est « MESSAGE DE TON ANGE GARDIEN ».

Lire ce texte
Publié le 1er JUILLET 2016
Éloi Giard

Bon Dieu, beau Dieu

Nous voici bientôt parvenus au cœur de la saison estivale. Enfin, il fait beau! Belle expression, n’est-ce pas ? Le temps doux nous dispose à la joie, et nous incite à trouver de la beauté partout. De fait, l’été est une saison qui nous appelle à lever les yeux au-dessus des cailloux de notre route.

Lire ce texte
Publié le 1er JUIN 2016
Sylvain Charron

DIEU A-T-IL UN PLAN POUR MOI ?

C’est toujours avec une immense joie que je vous retrouve par le biais de cette lettre mensuelle. En mai dernier, j’ai eu le privilège d’avoir une très belle rencontre avec l’Archevêque de Montréal, Monseigneur Christian Lépine. J’avais un projet à lui proposer et à la fin de la rencontre, il m’a dit ceci : « Monsieur Charron, je vous remercie de ce que vous faites pour Jésus. » Vous ne pouvez pas vous imaginer ce que j’ai ressenti.

Lire ce texte

Vous aimez nous lire?

Supportez-nous!

Faites un don et aidez-nous à produire ce contenu. Proclamation de la Parole de Dieu à la télévision et sur le Web grâce à votre support.

Faire un don